Groupe Vaudoise Assurances
Rapport annuel 2020

Vaudoise Assurances - Rapport annuel 2020 - Mandala 3

En 2020, la Vaudoise a bénéficié des fondements qui font son succès depuis 125 ans : sa vision stratégique à long terme, sa solidité financière et son identité mutualiste.

Malgré un environnement perturbé par la pandémie de coronavirus, le Groupe Vaudoise réalise un exercice 2020 solide, assorti d’un bénéfice consolidé de CHF 122,8 millions, contre CHF 134,0 millions en 2019. Notre bon résultat opérationnel est essentiellement dû à une croissance dans toutes les branches et à une sinistralité maîtrisée.

Message du président et du CEO

Chers sociétaires, chers actionnaires, chers clients, chers collaborateurs, chers partenaires,

En 2020, la Vaudoise a bénéficié des fondements qui font son succès depuis 125 ans : sa vision stratégique à long terme, sa solidité financière et son identité mutualiste. Si la pandémie de coronavirus impacte notre quotidien, notre santé et celle de nos proches ainsi que l’économie, la Vaudoise peut compter sur ses bases solides qui lui confèrent la stabilité nécessaire pour traverser cette période délicate et se projeter dans l’avenir avec confiance.

Notre vision stratégique à long terme s’applique bien évidemment aussi à la gouvernance. Qu’il s’agisse de la prise de fonction de Jean-Daniel Laffely en tant que CEO ou de la proposition du Conseil d’administration d’élire Philippe Hebeisen à la présidence du Groupe pour succéder à Paul-André Sanglard, président depuis 2009, ces décisions s’inscrivent dans la continuité.

En ce qui concerne nos activités d’assurance, nous avons poursuivi nos importants programmes de digitalisation avec pour objectif premier de créer la meilleure expérience pour nos clientes et clients. À la Vaudoise, la digitalisation est synonyme de davantage de proximité et d’humanité. Au cours de l’été 2020, les premiers fruits de notre virage digital se sont concrétisés avec le lancement d’une nouvelle plateforme d’e-commerce pour les assurances Véhicules à moteur.

Autre étape majeure réalisée en 2020, la Vaudoise a fait germer sa stratégie de durabilité. En adéquation avec ses valeurs et son identité, la mutualité y occupe logiquement une place centrale. Le rapport annuel présentent les axes principaux de cette stratégie et dresse un inventaire des nombreux engagements déjà entrepris à ce jour dans ce domaine. Notre stratégie durable et cet état des lieux permettent de poser de solides repères en vue du reporting portant sur l’exercice 2021 et de la publication du premier rapport de durabilité en 2022.

Notre identité mutualiste conduit le Conseil d’administration et la Direction à assurer une répartition équilibrée du bénéfice du Groupe entre les sociétaires, les actionnaires, les clients et la dotation en fonds propres. Depuis 2011, nous redistribuons une partie de nos bénéfices non-vie à nos clients. Afin de poursuivre cet objectif, le fonds de participation a été doté de CHF 37 millions sur l’exercice 2020 en vue d’une redistribution de CHF 40 millions à nos clients durant les douze prochains mois dès le 1er juillet 2021. Les bons résultats du Groupe ont également incité le Conseil d’administration à augmenter de CHF 15.– à CHF 16.– le dividende des actions nominatives B de Vaudoise Assurances Holding.

Pour en revenir au bilan chiffré de cette année 2020, malgré un environnement perturbé par la pandémie de coronavirus, le Groupe Vaudoise réalise un exercice 2020 solide, assorti d’un bénéfice consolidé de CHF 122,8 millions, contre CHF 134,0 millions en 2019. Notre bon résultat opérationnel est essentiellement dû à une croissance dans toutes les branches et à une sinistralité maîtrisée. Les affaires non conclues au printemps 2020 en raison du semi-confinement se sont réalisées dès les premiers assouplissements et la sinistralité des différentes branches s’est équilibrée. Malgré l’extrême volatilité des marchés financiers, la résilience de notre portefeuille nous a permis de réaliser un rendement des placements de 2,4 % en 2020. Finalement, notre base de fonds propres s’est encore renforcée de 5,3 % par rapport à l’an passé pour atteindre plus de CHF 2,1 milliards.

Globalement, le chiffre d’affaires progresse de 3,2 % par rapport à l’exercice précédent et atteint CHF 1,2 milliard. Les primes émises des affaires directes non-vie 2020 progressent de 1,8 % par rapport à 2019 et s’établissent à CHF 945,2 millions. Toutes les branches contribuent à cette croissance. Le ratio combiné (rapport sinistres et frais sur primes), à 92,6 % en 2020, s’est amélioré de 0,5 point, notamment grâce aux résultats sur années antérieures qui ont plus que compensé les prestations versées à notre clientèle en lien avec la pandémie.

En assurances vie, l’année 2020 se révèle très positive avec une hausse de l’encaissement des primes émises brutes de 10,8 % par rapport à l’exercice précédent, à CHF 208,6 millions. Ce résultat est principalement dû au succès des nouveaux produits décès et invalidité ainsi qu’à la commercialisation des nouvelles versions de nos produits à prime unique et d’une nouvelle tranche du produit d’investissement TrendValor.

La pandémie qui sévit depuis l’an passé aura également des répercussions à moyen terme sur la croissance économique, tout comme sur les marchés financiers. À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous estimons que notre croissance dans le domaine non-vie devrait être positive pour l’année à venir, sous réserve d’impacts liés au coronavirus encore inconnus aujourd’hui. Nous continuerons de veiller attentivement, ce faisant, au maintien de la qualité de la souscription et à l’évolution de la sinistralité.

La volatilité des marchés financiers nous conduit à maintenir des investissements largement diversifiés ainsi qu’un haut niveau de qualité de nos placements obligataires et de couverture sur les actions et les devises.

Nous continuerons de renforcer par ailleurs notre stratégie de placement durable déjà composée de 80 % d’investissements financiers répondant aux normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

Au nom du Conseil d’administration et de la Direction, nous vous remercions, chers sociétaires, chers actionnaires, chers clients, chers collaborateurs et chers partenaires, de votre confiance et de votre fidélité.

Paul-André Sanglard
Président du Conseil d’administration
Jean-Daniel Laffely
Directeur général, CEO

Chiffres clés

Redistribution des excédents
non-vie 2021-2022
Dividendes proposés
à l’Assemblée générale
Bénéfice de l’exercice
Capitaux propres
avant répartition du bénéfice
Chiffre d'affaires
Clients qui nous font confiance
Collaborateurs
Ratio combiné non-vie
Rendement net des placements
Primes par secteur en %
  • 50
    Assurances Patrimoine
  • 32
    Assurances de Personnes non-vie
  • 18
    Assurances vie
Répartition des primes
sur le marché suisse en %
  • 6
    Tessin
  • 57
    Suisse romande
  • 37
    Suisse alémanique

Réseau d’agences

113 agences réunies en 27 agences générales

Choisissez un filtre

La stratégie du Groupe

Notre vision d’entreprise :
être numéro 1 de la satisfaction client.

Chaque année, le Conseil d’administration et la Direction se réunissent durant deux journées en septembre pour passer en revue la stratégie d’entreprise et la faire évoluer afin de tenir compte des besoins du marché et de nos différentes parties prenantes. Ces réflexions annuelles sont soutenues par nos valeurs d’entreprise, Fiables, Proches et Humains. Elles décrivent avec authenticité l’ADN de la Vaudoise, compagnie d’assurances suisse aux racines mutualistes. Notre guide, celui qui indique notre voie, est notre client. Notre vision d’entreprise : être numéro 1 de la satisfaction client.

En 2020, Jean-Daniel Laffely, nouveau directeur général, et son équipe de Direction ont proposé une stratégie en quatre ambitions qui marquent la continuité en tenant compte des défis rencontrés par le marché de l’assurance en Suisse :
Un modèle mutualiste original et différenciant, pilier de notre pérennité et porteur d’une forte image de marque

La Vaudoise, qui a fêté en 2020 les 125 ans de Mutuelle Vaudoise, sa société-mère, veut tirer parti de son identité pour proposer une offre originale à ses clients et donner vie à ses racines mutualistes au travers d’une approche humaine et personnalisée de son activité d’assureur. Cela se traduit dans les relations qu’elle entretient avec ses parties prenantes – qui lui ont notamment valu d’être sacrée numéro 1 de la satisfaction client par Comparis pour les produits RC/Ménage et Véhicules à moteur en 2020 – ainsi que par la redistribution d’une partie de ses excédents non-vie à ses assurés. Ainsi, en 2020 et 2021, les clients titulaires d’une assurance Véhicules à moteur auprès de la Vaudoise se sont vu rétrocéder 10 % de leur prime annuelle. En 2021 et 2022, les assurés dans les branches RC/Ménage et Choses bénéficieront d’un rabais de prime de 20 %. Depuis 2011, la Vaudoise a ainsi redistribué près de CHF 260 millions à ses clients.

Pour assurer sa pérennité, la Vaudoise maintient par ailleurs une politique de renforcement de ses fonds propres. En ligne avec nos valeurs mutualistes, cette stratégie implique la promesse d’une vision à long terme au profit de toutes les parties prenantes.

Le chapitre consacré à la stratégie de durabilité de la Vaudoise figure en pages 26 à 40. Il a pour vocation de présenter le cadre stratégique de durabilité, élaboré en 2020 et fortement ancré dans la stratégie même du Groupe, dont la Vaudoise souhaite se doter pour l’avenir. Un premier rapport de durabilité répondant aux normes de la Global Reporting Initiative (GRI) est prévu en 2022.

Un positionnement d’assureur généraliste accompagnant ses clients dans la durée et dans tous leurs besoins tout en assurant une rentabilité à long terme

La Vaudoise, qui veut être un assureur offrant des solutions à 360°, intervient en principe en qualité de porteur de risques dans la majorité des branches d’assurance et de prévoyance et, selon les besoins, de fournisseur de solutions externes proposées par des partenaires sélectionnés. C’est le cas notamment de l’assurance vie collective (Swiss Life), l’assistance (Europ Assistance), la protection juridique (Orion), l’assurance maladie (Groupe Mutuel), l’assurance transports (TSM) et l’assurance des objets d’art (Uniqa). Par sa marque propre Animalia, elle propose en outre depuis 2016 une assurance maladie et accidents pour les chats et les chiens.

Le développement du Groupe passe également par des collaborations de distribution avec des partenaires assureurs. Ainsi, Swiss Life propose désormais des produits RC/Ménage et Véhicules à moteur de la Vaudoise, alors que le Groupe Mutuel propose un produit RC/Ménage dont la Vaudoise est porteuse de risques. Depuis 2021, elle propose également une solution permettant à des partenaires de commercialiser facilement son assurance vie décès via une Application Programming Interface (API).

En 2020, elle a notamment co-fondé avec Fundim SA, à Lausanne, la société Fim Plus, qui proposera une alternative innovante et originale permettant à des propriétaires d’immeubles locatifs de céder partiellement leur actif tout en se déchargeant des contraintes financières, légales ou administratives. Elle s’est également dotée d’une structure juridique favorisant les opportunités d’intrapreneuriats au sein du Groupe et la diversification des activités de services additionnels à ses activités d’assurances. Vaudoise Services SA héberge ainsi dès 2020 les activités hors assurance d’Animalia.ch et de Corporate Health Services (CHS).

Pour accompagner le développement du Groupe, la Vaudoise souhaite garantir sa solide assise financière par une politique d’investissement et de gestion des risques adéquate et durable au profit de toutes les parties prenantes.

La Compagnie poursuit une politique d’investissement sur mesure qui tient compte de la nature et de la complexité des affaires d’assurances exploitées ainsi que de la situation financière du Groupe Vaudoise Assurances. Cette politique permet de réaliser des rendements de placement attractifs tout en limitant les risques liés à cette activité, notamment au moyen d’une large diversification par classe d’actifs, pays et secteurs, ainsi que par le biais de couvertures sur les actions et les monnaies étrangères.

Un modèle de distribution centré sur l’humain, visant l’excellence omnicanale au service de la satisfaction de nos clients

Du point de vue externe, la Vaudoise entend renforcer davantage son orientation client en combinant des méthodes de distribution classiques aux nouvelles technologies. La proximité doit s’en trouver augmentée. La Vaudoise s’inscrit clairement dans une démarche de distribution omnicanale qui fait appel simultanément ou de façon interconnectée à plusieurs moyens de distribution en relation les uns avec les autres – ces canaux n’étant pas concurrents mais complémentaires.

Le but est d’être là où est le client à chaque moment de son « expérience ». Ainsi, selon sa situation et ses besoins, il sollicite le conseil à valeur ajoutée d’un collaborateur de la Compagnie, celui d’un intermédiaire indépendant, d’un partenaire de distribution ou se rend sur notre site internet. Toutefois, le premier ambassadeur de la Vaudoise reste le conseiller. La démarche e-commerce soutiendra la distribution par les agences. Chaque client conservera toujours un lien avec une agence ainsi qu’un conseiller et pourra à tout moment passer de son écran à son téléphone ou en agence.

L’année 2018 a été marquée par la création d’un nouveau département IT & Transformation digitale. Cette unité, en collaboration très étroite avec les différents métiers qui composent la Vaudoise, est chargée de mener à bien la mue digitale nécessaire afin de répondre aux futurs besoins de nos clients dans le cadre de la distribution omnicanale. Sur la base de la réalisation de parcours clients et de plusieurs audits internes demandés par la Direction, les programmes prioritaires de transformation digitale ont été identifiés et lancés en 2019. En 2020, la Vaudoise a notamment choisi Guidewire comme nouveau progiciel (ERP), lancé une nouvelle plateforme d’e-commerce Véhicules à moteur et retravaillé son portail destiné à ses collaborateurs.

La politique des ressources humaines de la Vaudoise est basée sur la responsabilité partagée et le respect.

Sacrée meilleur employeur dans la catégorie Banques et Assurances par le magazine Bilan en 2020, la Vaudoise place le collaborateur au centre de ses préoccupations. Premier ambassadeur de la marque, chaque collaborateur satisfait constitue un facteur clé de succès de l’entreprise. Une évaluation interne très complète est menée tous les trois ans.

Le département des Ressources humaines a pour mission première d’accompagner le quotidien des collaboratrices et des collaborateurs du Groupe et les phases de changement en application de la démarche We Act for Vaudoise Evolution (WAVE).

Une deuxième mission vise à renforcer la marque employeur et à attirer des talents. Dans ce contexte, la Vaudoise tisse de nombreux liens avec les hautes écoles et forme plus de 100 apprenants par année.

Le développement de notre capital humain est une préoccupation de premier ordre. Pour ce faire, un comité de formation interdépartemental a été constitué afin de s’assurer que les besoins en formation des différents métiers soient couverts. Le management favorise par ailleurs toutes les mesures utiles afin de favoriser « l’empowerment » des collaboratrices et des collaborateurs. Un programme de mentoring a notamment été mis sur pied pour les jeunes talents.

La Vaudoise est la première compagnie d’assurance privée certifiée Equal-Salary depuis trois ans. Le rapport sur la durabilité décrit de manière plus complète les engagements de la Vaudoise en termes d’égalité et de mixité.

Un assureur national avec un ancrage territorial fort dans le canton de Vaud, avec la vocation d'accélérer son développement en Suisse romande, en Suisse alémanique et au Tessin

La Vaudoise priorise une croissance interne rentable dans les trois régions linguistiques. Elle veut exploiter en premier lieu son potentiel de développement en Suisse alémanique par l’intervention de ses propres conseillers auprès des particuliers et des PME.

Le portefeuille de cette région progresse de manière positive, tant du point de vue des affaires générées par les agences générales que par le courtage. Historiquement très présente dans certaines régions, la Vaudoise doit encore progresser de manière plus homogène sur l’ensemble du territoire. Il s’agit d’une opération de longue haleine dont le développement est prioritaire.

Le réseau de vente de la Vaudoise vise à gagner en efficacité sans perdre de sa proximité. Il comprend quelque 113 points de vente, réunis en 27 agences générales, organisés en trois régions de marché. Les agences fonctionnent en réseau afin de servir nos clients le plus efficacement possible.

Afin de tenir compte des besoins du courtage, les services courtiers de direction, situés respectivement à Lausanne, Zurich (Dübendorf) et Lugano, sont les interlocuteurs des courtiers dont le rayon d’action dépasse le territoire d’une agence ou d’une région. Plus de 70 % des primes sous mandat de gestion sont générées par ces trois entités. En phase avec la politique de proximité de la Vaudoise, les agences générales peuvent, quant à elles, travailler directement avec des partenaires courtiers locaux et régionaux. Ces derniers disposent d’interlocuteurs privilégiés au sein des points de vente.

Cette stratégie, qui conjugue continuité et ouverture sur les enjeux du futur, doit permettre à la Vaudoise de faire vivre de manière responsable son crédo Heureux.Ensemble.

Activités d’assurance

La Vaudoise réalise un très bon résultat opérationnel.

Malgré une année influencée par l’évolution de la situation sanitaire, la Vaudoise réalise un très bon résultat opérationnel, essentiellement dû à une croissance dans toutes les branches et à une sinistralité bien maîtrisée. Les affaires Patrimoine enregistrent une croissance réjouissante de 1,6 %. Branche la plus importante en volume pour la Vaudoise, les assurances Véhicules à moteur progressent de 0,5 %. Les assurances Choses affichent une belle croissance de 4,0 %, tout comme la branche Responsabilité civile (RC) qui croît de 2,1 %. Le ratio combiné s’est légèrement amélioré (2020 : 92,6 % contre 93,1 % en 2019). Quant aux assurances de Personnes non-vie, leur croissance de 1,9 % est inférieure aux années précédentes.

Du côté des assurances vie, l’année 2020 se révèle très positive avec une hausse de l’encaissement des primes émises brutes de 10,8 %, à CHF 208,6 millions, et une baisse des prestations payées de 14,0 %, à CHF 268,1 millions. Ce résultat est principalement dû au succès des nouveaux produits décès et invalidité ainsi qu’à la commercialisation des nouvelles versions des produits à prime unique.

Assurances non-vie

Assurances Patrimoine

Avec une croissance de l’ordre de 1,6 %, supérieure à celle du marché suisse, le domaine des affaires Patrimoine, qui comprend les branches Véhicules à moteur, Responsabilité civile générale et Choses, poursuit son développement de manière réjouissante malgré une forte concurrence dans tous les segments. Avec près de CHF 580 millions de francs de primes émises, les assurances Patrimoine représentent plus de 60 % des primes de Vaudoise Générale.

La croissance n’est pas identique dans tous les segments. Les assurances Choses présentent une progression très réjouissante de l’ordre de 4,0 % et la branche Responsabilité civile générale reste positive avec une croissance de 2,1 %. Dans un marché très dynamique, les assurances Véhicules à moteur enregistrent une croissance de 0,5 %, toujours supérieure à celle du marché suisse.

Les partenariats mis en œuvre il y a quelques années portent leurs fruits, en particulier celui avec Swiss Life pour la distribution des produits Véhicules à moteur, RC et Choses, et celui avec le Groupe Mutuel pour les produits RC et Choses à l’intention des clients privés. Les perspectives de croissance sont réjouissantes.

La charge de sinistres 2020, malgré une année marquée par le Covid-19, demeure dans la lignée de l’exercice précédent et se situe à un bon niveau en dépit de quelques cas très importants dans les branches Choses/Incendie, RC générale et RC Véhicules à moteur. Certains segments ou domaines, notamment les grands comptes, font toujours l’objet d’un suivi très attentif. Des mesures ponctuelles sont prises afin de maintenir un niveau de rentabilité satisfaisant.

Dans le domaine des Entreprises, branches Choses & RC Entreprises, la ligne Business One a encore été complétée pour couvrir de nouveaux segments.

En synthèse, le résultat 2020 des assurances Patrimoine peut être qualifié de bon, malgré le contexte très particulier causé par la pandémie de Covid-19.

Assurances Véhicules à moteur

Le marché continue sur une dynamique de compétitivité forte et le recul amorcé depuis quelques années se confirme en 2020. Dans ce contexte de vive concurrence, nous continuons à développer notre part de marché avec une croissance toutefois en retrait par rapport à ces dernières années.

Le bilan net (affaires nouvelles – annulations) est très positif et a progressé de 23 % par rapport à l’année dernière. Notre offre pour les jeunes conducteurs continue à se développer, portée principalement par l’intérêt croissant pour notre solution d’assurance télématique Avenue Smart qui vise à récompenser les conducteurs les plus prudents.

Sur un plan météorologique, la période estivale a été calme. Sur l’ensemble de l’année, nous notons un recul des sinistres dû notamment aux mesures de semi-confinement qui étaient en vigueur au printemps. À la suite du déconfinement, la fréquence de sinistres est toutefois revenue rapidement au niveau de l’année précédente.

Assurances Responsabilité civile générale

Le résultat global en assurance Responsabilité civile a encore augmenté cette année pour arriver à une croissance de notre volume de primes de 2,1 %.

Cette bonne performance a été réalisée tant dans le segment des affaires entreprises que dans les affaires privées. Ce résultat est d’autant plus réjouissant que le marché, dans le domaine des entreprises, reste sous pression avec des primes à la baisse. Nos partenaires Swiss Life et le Groupe Mutuel ont, avec la vente et la distribution de nos produits, contribué à la progression de ces affaires.

Notre solution Responsabilité civile pour les entreprises de notre gamme de produits Business One reste bien positionnée sur ce segment de marché et continue à répondre aux attentes des clients et des partenaires.

En ce qui concerne le nombre de sinistres, nous avons enregistré un léger recul des cas, avec pour résultat le maintien du ratio combiné à un niveau très favorable.

Assurances Choses

En assurances Choses (incendie, dommages naturels et autres dommages aux biens), nous avons réussi cette année à améliorer l’excellent résultat de l’année passée avec une croissance de près de 4,0 %.

Nos solutions d’assurances pour les bâtiments Building et pour les ménages Home in One contribuent fortement à ce remarquable résultat dans ce domaine et continuent à répondre aux attentes de notre clientèle et de nos partenaires. Comme par le passé, ces derniers, notamment Swiss Life et le Groupe Mutuel, sont également au rendez-vous pour soutenir cette belle croissance.

Pour notre clientèle des entreprises, notre gamme de produits Business One, et spécifiquement l’assurance inventaire du commerce, permettent de conserver une croissance notable également dans ce segment.

En ce qui concerne la sinistralité, nous avons constaté un recul des cas de prestations cette année. Toutefois, la charge globale reste comparable à celle de l’année précédente en raison de quelques cas très importants.

Assurances pour chiens et chats Animalia

Après avoir racheté, en 2016, la société Animalia SA avec son portefeuille de plus de 24’000 risques, la Vaudoise a considérablement renforcé le service à la clientèle grâce à des délais de traitement des factures vétérinaires toujours plus courts, une plateforme téléphonique toujours plus disponible et des outils de demande de remboursement plus modernes (application Android/iOS de scan et d’envoi des factures).

La Vaudoise a aussi amélioré son offre en proposant une couverture des maladies héréditaires et congénitales, une couverture étendue des maladies chroniques et des contrats désormais d’une durée d’un an (au lieu de trois). Mi-2020, Animalia a procédé à un rebranding et à une refonte de son site internet afin de mieux répondre aux attentes des clients. « Il est tout pour vous. On fait tout pour lui » devient le nouvel engagement d’Animalia.

En 2020, Animalia affiche une croissance de 19,6 % de son portefeuille et consolide ainsi sa position de leader dans l’assurance maladie et accidents pour chiens et chats en Suisse. Les perspectives de développement sont toujours aussi réjouissantes, tant sur le plan commercial que sur celui des services à la clientèle.

Assurances de Personnes non-vie

Les assurances de Personnes non-vie sont en croissance, cependant moindre que pour les deux exercices précédents. Les efforts commencent à porter leurs fruits en assurances Accidents et Maladie malgré le contexte difficile. Une approche prudentielle est préconisée en 2021, compte tenu des effets à retardement attendus à la suite de la pandémie de Covid-19. La Vaudoise et l’ensemble de ses collaborateurs seront en 2021 aux côtés de leurs clients pour les accompagner dans ce contexte particulier.

La croissance des affaires en assurances de Personnes non-vie est de 1,9 %. Cette augmentation est moins forte que celle observée lors des deux exercices précédents, notamment en raison des mesures sanitaires qui ont restreint les interactions avec nos prospects. Les branches Maladie (+2,6 %), Assurances accidents obligatoire (LAA) et complémentaire (CLAA) (+1,0 %) ont connu des croissances analogues.

Le semi-confinement du printemps 2020, ainsi que les autres mesures qui ont été prises pour contenir la pandémie, ont conduit à une diminution du nombre de sinistres Accidents (baisse de la mobilité, recommandations de télétravail, chômage partiel et activités sportives limitées). A contrario, les maladies professionnelles prises en charge par la LAA pour le personnel hospitalier en raison du Covid-19 ont connu une fréquence en augmentation d’un facteur quatorze pour des coûts quintuplés. Le coronavirus a entraîné également une augmentation des coûts directs (maladies infectieuses quadruplées en fréquence et en coûts pour les indemnités journalières) et indirects (impacts psychologiques).

La branche d’assurance Perte de gain maladie fait toujours l’objet d’une attention particulière compte tenu de la sinistralité importante sur un marché suisse qui a encore vu une société d’assurance renoncer à proposer cette couverture. Les politiques de souscription et de renouvellement définies et revues chaque année tiennent compte en sus des impacts du Covid-19.

Les efforts d’assainissement commencent à porter leurs fruits en assurances Accidents et Maladie malgré le contexte difficile. Une approche prudentielle est préconisée en 2021, compte tenu des effets à retardement de la pandémie de Covid-19.

Dans le segment LAA, la Vaudoise dispose des réserves nécessaires à l’abaissement du taux technique au 1er janvier 2022.

Les conditions précaires sur le marché du travail ainsi que les périodes de difficultés économiques sont des facteurs entraînant par expérience une flambée des coûts en Perte de gain. Une possible augmentation notable des maladies psychologiques sera déterminante pour les années à venir concernant la branche Perte de gain maladie, car ces cas sont susceptibles d’entraîner des incapacités de travail beaucoup plus longues que la moyenne.

La Vaudoise et l’ensemble de ses collaborateurs seront, en 2021, aux côtés de leurs clients pour les accompagner dans ce contexte particulier.

Répartition des primes en %
  • 16
    Accidents
  • 23
    Maladie
  • 7
    Responsabilité civile
  • 37
    Véhicules à moteur
  • 16
    Choses
  • 1
    Divers
Répartition des prestations en %
  • 18
    Accidents
  • 29
    Maladie
  • 5
    Responsabilité civile
  • 35
    Véhicules à moteur
  • 12
    Choses
  • 1
    Divers

Total 945’245 928’987 1,8 634’404 638’582 -0,7

Évolution des affaires directes non-vie
en milliers de CHF

Primes émises brutes

2020 2019


+/- %

Prestations payées brutes

2020 2019


+/- %
Opérations d’assurances
Accidents 154’071 152’473 1,0 111’142 117’043 -5,0
Maladie 212’263 206’884 2,6 185’121 178’332 3,8
Véhicules à moteur 349’797 348’035 0,5 219’262 227’101 -3,5
Choses 148’834 143’145 4,0 78’443 75’334 4,1
Responsabilité civile 69’698 68’255 2,1 31’491 32’230 -2,3
Divers 10’582 10’195 3,8 8’944 8’541 4,7

Assurances vie

Assurances vie

Malgré un contexte compliqué pour nos conseillers et nos clients pendant la période de semi-confinement, l’année 2020 se révèle très positive avec une hausse de l’encaissement des primes émises brutes de 10,8 % à CHF 208,6 millions et une baisse des prestations payées de 14,0 % à CHF 268,1 millions. Ce résultat est principalement dû au succès des nouveaux produits décès et invalidité ainsi qu’à la commercialisation des nouvelles versions de nos produits à prime unique.

Si les activités de conseil et la vente de nos produits ont été légèrement ralenties par le Covid-19 au cours du deuxième trimestre, avec un impact négatif sur la croissance attendue, en contrepartie, le second semestre a vu un rebondissement démultiplié par le lancement d’une nouvelle tranche du produit d’investissement lié à un indice boursier TrendValor – rendu possible grâce à une fenêtre favorable sur les marchés – et par une refonte de notre plan de prélèvement SerenityPlan (rentes).

Les chiffres de la production montrent le grand succès de nos solutions décès et invalidité modernisés entre la fin de l’année 2019 et le début de l’année 2020. La somme assurée des contrats commercialisés durant 2020 est en hausse de 82,8 % à CHF 777,4 millions.

Dans l’environnement actuel, la rentabilité des solutions d’assurances vie avec composante d’épargne garantie continue à faire l’objet d’une attention particulière. À cet effet, Vaudoise Vie a encore ajusté sa réserve pour risque de taux d’intérêt. La Compagnie profite par ailleurs de chaque opportunité pour commercialiser des produits dits de nouvelle génération, faiblement corrélés aux taux d’intérêt. Les participations aux excédents attribuées aux assurés de la branche Vie s’élèvent à CHF 4,2 millions en 2020, contre CHF 4,4 millions en 2019.

La sinistralité reste bien maîtrisée avec une légère hausse des prestations décès et invalidité de 1,4 %. En outre, nous avons enregistré une baisse significative des rachats et des prestations arrivant à échéance.

Total Évolution des affaires directes vie

Évolution des affaires directes vie
en milliers de CHF

Primes émises brutes

2020 2019


+/- %

Prestations globales brutes

2020 2019


+/- %
Total général 208’585 188’300 10,8 268’135 311’623 -14,0
Affaires traditionnelles
– Produit de capitaux 135’037 142’776 -5,4 188’642 242’519 -22,2
– Produit de rentes 9’456 2’824 234,8 50’706 54’971 -7,8
– Produit d’assurances risque pur 15’213 14’834 2,6 5’653 4’858 16,4
Affaires pour le compte et aux risques de tiers 48’880 27’866 75,4 23’134 9’275 149,4
Total des prestations globales brutes 268’135 311’623 -14,0
Rachats 38’493 49’782 -22,7
Arrivées à terme 163’068 194’751 -16,3
Prestations décès et invalidité 20’528 20’241 1,4
Rentes versées 46’046 46’849 -1,7
Portefeuille / Production
en milliers de CHF 2020 2019 +/- %
Portefeuille – Somme sous le risque total 7’450’259 7’239’348 2,9
Production – Somme sous risque 777’446 425’260 82,8

Placements financiers

Placements financiers

Au cours de l’exercice 2020, le volume des placements de la Vaudoise a augmenté de CHF 152,8 millions à CHF 7’554,9 millions. Le rendement des placements, selon le compte de résultat, est en légère diminution à 2,4 % en 2020 (2,5 % en 2019). Leur performance nette en valeur de marché s’élève à 3,3 %, contre 6,7 % une année auparavant. Fin 2020, la valeur du parc immobilier de la Vaudoise atteint, comme en 2019, CHF 1,6 milliard, de sorte que la part dans l’immobilier reste stable à 21,2 %.

La stratégie du Groupe, essentiellement basée sur des catégories de placement assurant un revenu régulier, s’est poursuivie en 2020.

Cette stratégie est principalement axée sur une durée élevée et une large diversification des investissements. En 2020, un portefeuille actions résilient accompagné de bons résultats sur titres à revenus fixes et de l’immobilier permettent l’atteinte de résultats financiers favorables.

Signataire des UNPRI depuis 2019, la Vaudoise applique les principes d’une gestion de placement durable sur environ 80 % des investissements financiers du Groupe au 31 décembre 2020, contre 50 % une année auparavant. En 2020, elle a décidé d’intégrer le Swiss Sustainable Real Estate Index (SSREI), un indice qui permet la transparence et la comparabilité du marché des portefeuilles immobiliers suisses dans un objectif de durabilité.

Un accent particulier sur l’intégration des critères de durabilité a été développé par l’adoption d’indices Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) qui assurent l’incorporation de ces critères dans la gestion des actions, des obligations ainsi que de notre parc immobilier. L’ensemble de nos engagements durables sont décrits dans le chapitre sur la durabilité du présent rapport et feront partie intégrante de notre rapport de durabilité dès 2022.

Un marché des actions volatil, un secteur de l’immobilier en Suisse porteur et des taux baissiers généralisés

L’année 2020 est marquée par un marché des actions volatil, mais porteur. Les principaux marchés des actions réalisent une performance positive. Par exemple, le MSCI World, qui représente l’évolution des actions globales, s’est apprécié de 16,5 % et le Swiss Performance Index a, quant à lui, terminé l’année sur une hausse de 3,8 %. À l’inverse, l’indice EuroStoxx 600 clôture l’année en légère baisse (-1,6 %).

Les taux à dix ans des obligations gouvernementales des principaux pays ont reculé en 2020. Le taux du Trésor américain s’est déprécié de 1,00 % pour clore l’année à 0,91 %, à l’instar des taux des emprunts du gouvernement allemand et de la Confédération qui ont baissé de 0,38 % et 0,08 % et terminent l’année respectivement à -0,57 % et -0,55 %. Cette diminution des taux à dix ans a entraîné une performance positive des obligations gouvernementales. En Suisse, la performance 2020 des obligations de la Confédération à dix ans est de +0,60 %.

Le secteur de l’immobilier en Suisse se porte bien et l’indice KGAST, qui regroupe les plus grandes fondations de placements immobiliers, réalise une performance en hausse de 5,1 %. Quant à l’indice SXI Real Estate® Funds Broad, lequel englobe les fonds immobiliers dont au moins 75 % des actifs sont investis en Suisse et cotés à la SIX Swiss Exchange, il termine l’année sur une hausse de 10,8 %.

Année positive pour les placements

L’allocation stratégique de la Vaudoise privilégie les actifs générant des revenus stables, tels que les emprunts obligataires, l’immobilier et les prêts hypothécaires, complétés par des actions. Cette stratégie d’investissement permet de réaliser une année 2020 satisfaisante malgré un contexte économique incertain.

Un portefeuille obligataire de qualité

L’évolution de l’allocation des ratings obligataires sur les cinq dernières années montre une augmentation des titres d’excellente qualité, une baisse des titres de rating « AA », un maintien de ceux de rating « BBB » et une augmentation ciblée des obligations à haut rendement.

La part des portefeuilles à revenus fixes dans le total des actifs a légèrement diminué par rapport à l’année passée, passant de 46,9 % à 44,4 %. Durant l’année, le Groupe a maintenu une duration élevée de ses investissements afin de répondre à ses engagements d’assurances.

Concernant l’exposition géographique de ses placements, la Vaudoise est principalement investie sur le marché suisse, suivi des marchés américains et européens. Ses portefeuilles bénéficient d’une diversification sectorielle et géographique de qualité.

Les prêts hypothécaires poursuivent leur croissance

La Vaudoise considère les prêts hypothécaires comme une classe d’actifs permettant de diversifier ses investissements à revenus fixes. Ils font en outre partie intégrante de la stratégie de conseil global auprès de la clientèle.

L’allocation globale des hypothèques passe à 8,5 % contre 7,7 % à fin 2019.

Titres à revenus variables en augmentation

Cette catégorie de placement se constitue principalement d’actions et d’investissements alternatifs. Durant l’année, une augmentation de l’allocation de ces actifs a été entreprise.

Le portefeuille d’actions de la Vaudoise est principalement axé sur une gestion passive (indicielle) afin de minimiser les frais de gestion. Il se compose de 40 % en actions suisses et de 60 % en actions étrangères.

Eu égard à l’importance de son portefeuille d’actions et à sa volonté de contrôler les risques de manière générale, la Vaudoise a poursuivi sa stratégie de protection systématique contre les pertes élevées sur une part prépondérante de ce portefeuille grâce aux produits dérivés.

Risques de change sous contrôle

Estimant que les risques de change sont insuffisamment rémunérés, la Vaudoise a volontairement maintenu un taux de couverture de change élevé durant l’exercice impliquant une exposition nette en monnaies étrangères de moins de 6 % du bilan, tout en restant attentive au coût de financement de ces protections.

Une évolution toujours dynamique du portefeuille immobilier

Les placements immobiliers directs suisses restent la pierre angulaire dans l’allocation stratégique de Vaudoise Générale et de Vaudoise Vie grâce aux rendements stables et à l’effet de diversification.

La Vaudoise a confirmé sa stratégie de placement immobilier « Core », privilégiant la bonne qualité des situations macro et micro des objets, les bons standards de construction et le juste niveau des loyers proposés pour atteindre les rendements espérés avec un risque adapté.

Dans tous nos projets de rénovation ou de densification sur immeubles de notre parc immobilier, une attention est notamment portée à l’amélioration du confort pour les habitants et de l’efficience énergétique.

En 2020, la Vaudoise a livré 313 logements neufs à Lausen (BL), Pully (VD), Lausanne Primerose (VD), Zurich Sumatrastrasse (ZH) et Lausanne Fiches Nord (VD).

Une gestion active du portefeuille en rapport avec la stratégie immobilière poursuivie a permis l’identification et la mise en vente en 2020 de neuf immeubles pour un montant de plus de CHF 83 millions.

Fin 2020, la valeur du parc immobilier de la Vaudoise atteint, comme en 2019, CHF 1,6 milliard, de sorte que la part dans l’immobilier reste stable à 21,2 %.

La mise en œuvre de la politique de placement durable du Groupe se poursuivra durant les exercices 2021 et 2022.

Résultat des placements

Lors de l’exercice 2020, le volume des placements de la Vaudoise a augmenté de CHF 175,9 millions à CHF 7’865,3 millions. Hors investissements pour le compte et au risque du souscripteur, cette évolution est positive de CHF 152,8 millions à CHF 7’554,9 millions.

Le rendement des placements, selon le compte de résultat, est en légère diminution à 2,4 % (2,5 % en 2019). Leur performance nette en valeur de marché s’élève à 3,3 % contre 6,7 % une année auparavant.

Vaudoise Asset Management

Outre la gestion active de ses propres placements, le Groupe, au travers de ses sociétés filles Berninvest AG et Vaudoise Investment Solutions SA, gère également pour le compte de tiers CHF 2’352,7 millions de biens immobiliers, en augmentation de CHF 137,4 millions par rapport à 2019.

Structure des placements au 31.12.2020
  • 1
    Dépôts à court terme
  • 2
    Autres titres à revenus variables
  • 44
    Obligations et autres titres à revenus fixes
  • 9
    Prêts hypothécaires
  • 6
    Prêts aux collectivités
  • 21
    Immobilier
  • 13
    Actions
  • 4
    Alternatifs
Fonds propres consolidés
En millions de CHF

Stratégie de durabilité

La Vaudoise fait germer
sa stratégie de durabilité

Redistribution de ses bénéfices, certification Equal-Salary, engagement en faveur de la réinsertion socioprofessionnelle, financement d’écoquartiers en Suisse, signature des Principes pour l’Investissement responsable des Nations Unies (PRI)… La Vaudoise n’a pas attendu son premier rapport sur le développement durable pour intégrer la durabilité dans ses démarches. Fidèle à ses valeurs mutualistes et humanistes, elle inscrit la durabilité dans ses activités depuis de nombreuses années déjà. À l’occasion de ses 125 ans en 2020, la Vaudoise a phosphoré sur son engagement sociétal qui a abouti à l’élaboration de sa propre stratégie de durabilité.

Ce besoin d’inscrire ses engagements au sein d’un cadre assorti d’ambitions se trouve aussi renforcé par l’implantation d’un nouveau contexte réglementaire. Préambule au premier rapport de durabilité prévu pour 2022, ce chapitre lève le voile sur sa stratégie de durabilité et invite à découvrir l’ensemble de ses démarches existantes. Au moyen de sa stratégie où la mutualité occupe un rôle central, la Vaudoise ambitionne de formaliser et de faire connaître ses engagements, de mesurer ses efforts et de progresser afin d’assumer pleinement son rôle d’acteur responsable et performant de notre société en pleine mutation.

Avec la signature des Principes pour l’investissement responsable (PRI) en décembre 2019, le Conseil d’administration a clairement formulé le souhait d’une politique et d’un rapport de durabilité pour la Vaudoise. L’évolution du contexte réglementaire au niveau suisse et international ainsi que des stimulations internes et externes sont venues appuyer cette décision.

Se doter d’une stratégie et d’un rapport de durabilité constitue en effet un atout indispensable dans une société compétitive et responsable. Ces deux outils représentent un prérequis pour toute entreprise qui entend, à l’instar de la Vaudoise, se positionner comme un acteur responsable en faisant preuve de transparence en matière de durabilité.

Éclosion de la stratégie de durabilité

Cadre stratégique de durabilité

Nous permettons à nos clients de vivre sereinement en les protégeant contre les conséquences économiques de risques qu’ils ne peuvent assumer eux-mêmes. Au travers de nos différents rôles et responsabilités, nous contribuons à une société suisse durable.

En étroite collaboration avec les départements concernés, chaque domaine d’activité a fait l’objet d’un développement approfondi, concrétisé en ambitions et en objectifs, avec pour boussole les standards de la Global Reporting Initiative (GRI) et les Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD), qui constituent des normes internationalement reconnues en matière de reporting de durabilité.

Les lignes qui suivent décrivent les grands axes de la stratégie de durabilité de la Vaudoise. Ils sont accompagnés d’exemples concrets sur les actions et les efforts en matière de durabilité entrepris jusqu’à aujourd’hui, qui constituent un socle solide pour la mise en place progressive de notre stratégie de durabilité.

Assureur engagé

En tant qu’assureur à l’identité mutualiste, la Vaudoise se développe dans une vision à long terme dans l’intérêt de ses clients et de ses parties prenantes afin de contribuer à une société suisse durable. Elle propose des solutions d’assurances et de prévoyance fiables et performantes correspondant aux attentes de ses assurés tout en leur garantissant un traitement sécurisé de leurs données.

Des produits et un conseil de première qualité
Au cœur de toutes ses démarches, la Vaudoise inscrit la satisfaction client dans sa vision stratégique. Qu’il s’agisse d’un conseil en assurance, en prévoyance ou pour une hypothèque, les conseillers de la Vaudoise mettent un point d’honneur à informer leurs clients de manière transparente et compréhensible sur les produits. Aussi bien la qualité du conseil que celle des informations communiquées doivent viser l’excellence afin d’éliminer tout risque de non-conformité.

Développement à long terme et redistribution
La mutualité guide le développement des activités de la Compagnie dans une perspective à long terme. Cette stratégie au long cours confère à la fois solidité et stabilité financière à l’entreprise qui a couronné ses 125 années d’existence en 2020. Afin de faire vivre concrètement ses racines mutualistes et de faire profiter ses assurés de ce succès, elle a réactivé en 2011 la redistribution d’une partie de ses bénéfices sous forme de remise de primes, en alternance aux assurés Véhicules à moteur et RC Ménage/Choses. En 2020, elle a ainsi redistribué CHF 34 millions à ses clients, pour un total de près de CHF 260 millions depuis 2011.

Assureur engagé

Notre ambition
«Grâce à notre structure mutualiste, nous développons nos solutions dans une perspective à long terme et dans l’intérêt de nos clients et de nos parties prenantes.»

Lire la suite au format PDF
Employeur motivant

Sacrée Meilleur Employeur par le magazine Bilan en 2018 et 2020, la Vaudoise accorde une importance capitale au bien-être de ses collaborateurs. Basée sur la responsabilité partagée et le respect, la mission principale de sa politique RH consiste à accompagner le quotidien des collaborateurs du Groupe et de leur garantir sécurité, santé et stimulation dans l’exercice de leurs activités.

Un climat de travail cordial
La Vaudoise promeut un climat de travail cordial basé sur des relations empreintes de respect et de confiance et soutient l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Elle vise à maintenir le haut degré de satisfaction de ses collaborateurs. Tous les trois ans, elle mandate une entreprise externe afin de mener une évaluation anonyme auprès de ses collaborateurs. Il est très réjouissant qu’en 2020, tout comme en 2017, 95 % des employés aient exprimé leur satisfaction de travailler au sein de la Compagnie, à 92 % leur confiance dans la Direction et à 92 % la qualité de leur relation avec leurs managers. La Vaudoise considère que la satisfaction de ses collaborateurs est le meilleur gage de leur engagement au service des clients et du succès de ses transformations.

Employeur motivant

Développer le capital humain
Le développement du capital humain de la Vaudoise constitue une préoccupation de premier ordre. Pour ce faire, un comité de formation interdépartemental a été constitué afin de s’assurer que les besoins en formation des différents métiers soient couverts. Le management favorise par ailleurs l’empowerment des collaboratrices et des collaborateurs. Un programme de mentoring a notamment été mis sur pied pour les jeunes talents.

Télétravail et coronavirus
En mars 2020, alors que le premier semi-confinement venait d’être prononcé, les collaborateurs de la Vaudoise ont tous passé en télétravail en l’espace d’une journée grâce aux tablettes mobiles dont ils disposent depuis 2018 déjà. Ainsi, ils peuvent travailler en toute sécurité depuis leur domicile. Afin d’accroître leur confort, la Vaudoise met à disposition du matériel informatique supplémentaire, une action qui est renouvelée début 2021. Durant cette période de semi-confinement, la Vaudoise est attentive au stress ressenti par ses collaborateurs face à cette nouvelle situation. Le système de recensement des heures travaillées a ainsi été adapté de sorte à ne pas prendre en compte les heures négatives.

Notre ambition «Ensemble, nous offrons un cadre de travail sûr, sain et stimulant.»

Lire la suite au format PDF
Investisseur responsable

Consciente des enjeux ESG auxquels elle fait face en tant qu’assureur et gestionnaire d’actifs, la Vaudoise applique une politique de placement responsable afin d’améliorer la performance et l’impact écologique et sociétal de ses investissements.

Placements durables
Depuis le 18 décembre 2019, la Vaudoise est signataire des principes d’investissement responsable PRI et a défini les contours de sa politique de placement durable dans une charte d’investissement responsable publiée sur son site internet. Afin de maîtriser l’impact de ses activités, elle intègre des critères ESG dans toutes ses décisions de placement et renonce à investir dans des sociétés qui sont en contradiction avec sa politique ESG.

Empreinte carbone
En tant qu’investisseur responsable, la Vaudoise accorde une place centrale à la réduction des émissions de CO2 de ses placements en conformité avec l’Accord de Paris.

D’ici à 2025, elle vise ainsi à réduire d’au moins 30 % les émissions de CO2 de son portefeuille immobilier par rapport à 2014 pour le chauffage, l’électricité et l’eau chaude sanitaire.

Investisseur responsable

Notre ambition «Conscients des effets de nos activités d’investissement, nous réduisons leur impact négatif et augmentons leur impact positif.»

Lire la suite au format PDF
Entreprise citoyenne

Entreprise aux racines mutualistes et proche de ses assurés, la Vaudoise contribue activement à créer une société suisse plus durable. Engagée en faveur de la réinsertion socioprofessionnelle, notamment au travers de journées de volontariat d’entreprise, la Compagnie soutient aussi le patrimoine artistique et culturel suisse, tout en veillant à son impact environnemental.

Responsabilité sociétale d’entreprise
Dans le cadre de son programme RSE, la Vaudoise s’engage en faveur de la réinsertion sociale, professionnelle et scolaire. Depuis 2014, elle formalise dans sa Charte RSE les contours de ses engagements en la matière. Ce fil rouge lui sert de guide dans sa politique de dons et dans l’organisation de ses journées de volontariat d’entreprise, les Journées involvere, mises sur pied depuis 2014 et auxquelles près de 200 collaborateurs participent chaque année.

La Vaudoise est également sensible à la thématique de la biodiversité. Dans le cadre de son programme RSE, la Vaudoise a accueilli trois ruches en 2016 afin de sensibiliser ses collaborateurs à la thématique de la biodiversité au travers d’ateliers de récolte de miel.

Entreprise citoyenne

Soutien aux initiatives à impact positif
Sensible aux enjeux environnementaux, la Vaudoise est membre fondateur de la Fondation suisse pour le climat. Au travers de cet engagement, elle soutient ainsi depuis 2008 les projets des petites et moyennes entreprises qui contribuent à la protection du climat. La Vaudoise est aussi signataire de l’initiative CEO4Climate depuis 2019 qui lui permet, outre le réseautage et le partage d’information, de participer à l’implémentation d’une politique climatique en Suisse pour une société « zéro émission » de CO2 en 2050.

Notre ambition «Acteur de proximité, nous participons activement à une société suisse plus durable.»

Lire la suite au format PDF
Conclusion et perspectives

Fidèle à l’identité et aux valeurs de la Vaudoise tout en étant alignée sur sa mission en tant qu’assureur, la stratégie de durabilité et le futur rapport qui l’accompagnera constituent des outils indispensables afin que la Vaudoise puisse contribuer toujours plus activement à une société suisse durable et performante.

Dans le courant de l’année 2021, la Vaudoise va mesurer ses efforts en matière de durabilité en s’appuyant sur les normes GRI. Celles-ci constituent les bonnes pratiques internationalement reconnues en termes de reporting sur les enjeux pertinents d’une entreprise, qu’ils soient économiques, environnementaux ou sociaux. Elle s’orientera également d’après les Objectifs de développement durable établis par l’ONU qui constituent de manière générale une feuille de route. Ils permettent de dessiner les besoins futurs dans une perspective à long terme et ainsi d’identifier les nouvelles opportunités de marché.

Le rapport de développement durable fondé sur ces normes fournit des informations relatives aux contributions positives ou négatives au développement durable d’une entreprise. Afin de mettre en œuvre ses ambitions, la Vaudoise les a déclinées en objectifs concrets à moyen terme assortis d’indicateurs qui permettent de mesurer le progrès effectué et l’atteinte de ceux-ci. Le premier rapport de durabilité publié en 2022 sera établi selon ces standards et exigences qui permettront une évaluation.

Un symbole pour l’avenir

La graine est un symbole à la fois très simple et d’une incroyable richesse. Comme une promesse, elle figure le développement de formes complexes et l’épanouissement de la vie organique.

Plus de

9'500,0 ans
C’est l’âge estimé du plus vieil arbre vivant sur Terre, un épicéa découvert en Suède en 2004.

Semer une graine est un geste simple qui ne demande qu’un peu de terre, d’eau de lumière. La croissance d’une plante semée en un instant peut être observée pendant des années, nous faisant voir à quels grands résultats peuvent conduire de tout petits gestes.

Hêtre Atteignant 30 à 35 mètres de hauteur, la circonférence de son tronc peut couramment atteindre 2,50 mètres chez des hêtres centenaires. Des sujets exceptionnels ont été mesurés jusqu’à 45,5 mètres de hauteur avec des tours de tronc dépassant les 6 mètres. Bouleau Par tradition, le bouleau est l’arbre des amoureux et des jeunes mariés qui, en gravant leurs noms sur son tronc, demandent bonheur et prospérité. Cèdre Le cèdre peut atteindre 50 mètres de hauteur et vivre plus de 2'000 ans. Le plus ancien actuellement connu est âgé de 1'254 ans environ. Gainier du Canada Pouvant atteindre 8 mètres de hauteur, cet arbre peut survivre par -29°. Pour les arbres, la résistance au froid est appelée « rusticité ». Charmille Connaissez-vous la phrase mnémotechnique pour distinguer les feuilles du charme (à dents) de celles du hêtre (à poils) ? « Le charme d’Adam, c’est d’être à poil ». Chêne L’ADN du « chêne de Napoléon », à Dorigny, a été entièrement séquencé. Les biologistes ont constaté qu’il est resté très stable durant ses 239 ans de vie, ce qui pourrait faire avancer notre compréhension de la longévité des arbres. Épicéa d’Engelmann Le plus vieil arbre sur Terre, découvert dans un bosquet suédois en 2004, serait un épicéa baptisé Old Tjikko. Haut d’à peine deux mètres, il aurait 7’890 ans selon les évaluations au carbone 14. Érable Dans la mythologie grecque, l’érable est dédié à Phobos, dieu de l’épouvante. L’Iliade rapporte que le cheval de Troie fut fabriqué en érable, dont le bois est très robuste. Tilleul Le tilleul le plus volumineux de Suisse, après celui de Linn, en Argovie, se trouve à côté de l’église de Marchissy, dans le canton de Vaud. Il aurait été planté au XIVe siècle. Sa circonférence est de 10,45 mètres, et son diamètre de 3,4 mètres. Magnolia de Kobé Le magnolia de Kobé est un arbuste qui ne mesure pas plus de 2 à 3 mètres de haut. Contrairement au magnolia de Californie, persistant, le feuillage du magnolia de Kobé est caduc. Dès le printemps, il offre une floraison éblouissante. Ses fleurs parfumées sont blanches avec des notes de rose pâle au début du printemps. Magnolia de Virginie Le nom des magnolias a été créé en l’honneur de Pierre Magnol, médecin et botaniste de Montpellier (1638-1715). Espèce endémique d’Europe chassée par les glaciations, elle a été réintroduite d’Amérique du Nord, de Chine et du Japon. Le magnolia américain de Virginie s’élève de 50 à 60 mètres (moins en Europe) et peut y vivre jusqu’à 500 ans (environ 300 ans en Europe). Son tronc peut atteindre 2 ou 3 mètres de diamètre! Marronnier Selon la légende, un jeune marronnier aurait été introduit à Constantinople en 1557, entrant ainsi en Europe. À l’origine, ce serait l’ambassadeur du Saint-Empire qui l'aurait offert en 1576 à Charles de L’Écluse, ambassadeur à Vienne, sous la forme d’un marron prêt à germer. Micocoulier Le micocoulier Celtis occidentalis est très résistant au froid : jusqu’à -40° de rusticité !

Platane Le platane est très courant dans nos régions et on l’utilise comme arbre d’alignement pour orner les places et les rues. Il peut vivre jusqu’à 4'000 ans. Pommier On a identifié 992 gènes de résistance aux maladies chez le pommier commun, et il a complètement dupliqué son génome il y a 50 à 65 millions d’années. Ce phénomène pourrait être une réaction de survie face à une catastrophe ayant entraîné une destruction massive d’espèces, notamment les dinosaures. Prunier Il existe plus de 300 espèces de prunes de différentes couleurs, tailles et saveurs. Elles sont classées en cing catégories : les prunes proprement dites, les quetsches, les mirabelles, les reines-claudes et les prunes japonaises. Sapin blanc Le sapin pectiné est l’arbre le plus haut qu’on puisse trouver en Europe. Il mesure jusqu’à 80 mètres de hauteur, et 2 mètres de diamètre pour le tronc. Il peut vivre jusqu’à 500 ans.

Mandalas et composition

En sanskrit, « mandala » signifie à la fois « cercle », « environnement », « communauté ». Les mandalas que nous vous présentons dans ce rapport sont composés de graines d’arbres de la région. Ils permettent d’admirer toute la richesse de leurs formes et couleurs, et d’évoquer la beauté des harmonies créées à partir de la diversité naturelle.

Prochain mandala

Gouvernance
d’entreprise

Membres du Conseil d’administration au 31 décembre 2020

Paul-André Sanglard

Président, membre non exécutif
Nationalité suisse

1994 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

1994 — 2021

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Paul-André Sanglard

Paul-André Sanglard a étudié les sciences économiques à l’Université de Genève où il a obtenu son doctorat. Il commence sa carrière en tant qu’économiste au Département fédéral des affaires économiques extérieures de 1977 à 1978, puis est admis en tant que research fellow à l’Université de Stanford et au Massachusetts Institute of Technology (MIT) jusqu’en 1979. De retour en Suisse, il devient le premier chef de la Trésorerie générale du canton du Jura de 1979 à 1984, puis est élu membre du Conseil de direction du World Economic Forum jusqu’en 1989, tout en étant chargé de cours en finances publiques à l’Université de Genève entre 1983 et 1995. Par la suite, il devient économiste indépendant et intègre le Conseil d’administration du Groupe Vaudoise Assurances en 1994, avant d’en assumer la vice- présidence depuis 2005 et la présidence depuis 2009.

Parmi ses autres mandats, il a exercé la fonction de président du Conseil d’administration de la Banque Cantonale du Jura, à Porrentruy, de 1995 à 2016. De 1999 à 2016, il préside le Conseil d’administration de l’Ophtalmology Network Organization, à Genève. De 2002 à 2009, il est administrateur, puis président de British Ame- rican Tobacco Switzerland SA, à Boncourt. En 2002 également, il devient administrateur de la Banque Cantonale Vaudoise, à Lausanne, puis vice-président de 2016 à 2018. En 2005, il accède aux Conseils d’administration de TSM Compagnie d’Assurances, à La Chaux-de-Fonds et d’Edmond de Rothschild Asset Management (Suisse), à Genève, dont il est membre jusqu’en 2020. Dès 2008, il administre la société Baader Helvea, à Zurich, et QNB Banque Privée (Suisse), à Genève, auprès de laquelle il accède à la vice-présidence en 2016. Il devient également administrateur de la société de gestion de fortune de Pury Pictet Turrettini & Cie, à Genève, en 2009, puis président en 2020, de Société Générale Private Banking (Suisse), à Genève, en 2014, dont il devient vice-président en 2017, de Millenium Banque Privée BCP (Suisse), à Genève, en 2016 et de la banque Héritage, à Genève, en 2017, dont il devient président en 2018.

Chantal Balet Emery

Vice-présidente, membre non exécutif
Nationalité suisse

2000 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

2000 — 2023

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Chantal Balet Emery

Chantal Balet Emery, licenciée en droit de l’Université de Lausanne, est titulaire des brevets d’avocat et de notaire. En 1984, elle fonde sa propre étude et exerce durant dix ans, tout en assumant la fonction de juge suppléante au Tribunal cantonal du Valais de 1993 à 1994. Elle rejoint en 1994 la Société pour le développement de l’Économie Suisse (SDES) devenue economiesuisse, en tant que membre de la direction et responsable romande, jusqu’en 2008. En parallèle, elle assure la fonction de secrétaire de l’Union des industriels valaisans de 1998 à 2002. Dès 2006, elle administre l’Hospice général de Genève durant trois ans, la société Solvis SA de 2008 à 2010 et la SERV de 2006 à 2009 ainsi que la Maison Gilliard SA de 2006 à 2018, dont elle a assumé la présidence de 2017 à 2018. Elle est également membre du Conseil de la Fondation Leenaards, à Lausanne, de 2005 à juin 2015. Outre son engagement au sein du Conseil d’administration de la Vaudoise Assurances depuis 2000, elle assume d’autres mandats, notamment auprès de la Banque Cantonale du Valais, à Sion, dès 2009, d’Implenia SA, à Dietlikon, de 2013 jusqu’en mars 2018 et d’OLF SA, à Corminbœuf, depuis 2013. Avocate-conseil auprès de l’étude Pratifori 5 à Sion, elle est également associée du Cabinet conseils FBL associés.

Martin Albers

Administrateur, membre non exécutif
Nationalité suisse

2016 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

2016 — 2022

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Martin Albers

Martin Albers est titulaire d’un Master en Engineering de l’École polytechnique fédérale de Zurich, complété par un MBA de la Kellogg School of Management, Northwestern University de Chicago. Il débute en 1986 chez IBM en tant que Systems Engineer, avant de rejoindre The Boston Consulting Group en 1991 en qualité de Strategy Consultant. En 1994, il intègre le réassureur Swiss Re et occupe, durant dix ans, plusieurs fonctions dirigeantes au sein du Groupe dans différents pays. D’abord Head of Product Controlling de la division Risk à Zurich durant deux ans, il est ensuite nommé président et CEO de Swiss Re Canada en 1996. Après trois années passées outre-Atlantique, il revient en Europe pour diriger Swiss Re UK à Londres jusqu’en 2002. Puis, il regagne Swiss Re à Zurich pour y exercer la fonction de Head of Risk Solutions Division, intégrant la Direction générale jusqu’en 2011. En 2005, il change de département afin d’assumer la conduite de la division Client Markets Europe (EMEA). En 2011, il est nommé président de Swiss Re Ltd jusqu’en 2014, où il conduit l’implantation de la nouvelle structure de la holding. Il est actuellement président du Conseil d’administration du réassureur MS Amlin AG, faisant partie du groupe d’assurance et de réassurance japonais MS&AD Insurance Group Holdings. Outre son mandat au sein du Conseil d’administration de la Vaudoise Assurances débuté en 2016, Martin Albers est vice-président du Conseil de la Fondation Pestalozzi et membre du Conseil de Technopark.

Javier Fernandez-Cid

Administrateur, membre non exécutif
Nationalité espagnole

2012 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

2012 — 2022

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Javier Fernandez-Cid

Javier Fernandez-Cid dispose d’une licence en droit de l’Université Complutense de Madrid. Il passe l’ensemble de sa carrière au sein du Groupe Mapfre. Entre 1989 et 1994, il réside à Bruxelles et occupe le poste de directeur général adjoint de Mapfre Re. Sa carrière au sein du groupe Mapfre se poursuit à Madrid et outre-Atlantique, dans le New Jersey, où il est nommé président et CEO de Mapfre Reinsurance Corporation USA en 2000. Dès 2006, il revient à Madrid pour y exercer la double fonction d’administrateur et de directeur général de Mapfre Internacional, où il devient le président exécutif en 2012. De 2007 à 2011, il préside le Conseil de Mapfre en Turquie. Il siège aux Conseils d’administration de deux sociétés d’assurances du Groupe Mapfre, Mapfre Middlesea Insurance basée à Malte à partir de 2008 et, depuis 2011, Mapfre Insular aux Philippines. En 2008, il est également nommé président et membre du Conseil de Mapfre USA, Massachusetts. En 2009, il devient administrateur de Mapfre Caucion y Credito, à Madrid, jusqu’en 2012, et de Mapfre Global Risks, à Madrid, de 2010 à 2015. De 2013 à 2016, il fait partie du Comité exécutif du Groupe Mapfre, à Madrid. Outre son mandat d’administrateur auprès de la Vaudoise Assurances, il administre Mapfre Reaseguro depuis 2007 et Mapfre Asistencia depuis 2009, toutes deux à Madrid, en qualité d’administrateur non exécutif depuis le 31 décembre 2016. En 2017, il devient membre du Conseil consultatif (Advisory Board) de Mozo-Grau SA, un groupe industriel du nord de l’Espagne. Il préside également Cloudware SL, une start-up technologique active dans le cloud gaming. En 2019, il est nommé vice-président d’ASE (Acción Social Entrepresarial), une association d’entreprises à but non lucratif, à Madrid. Depuis 2019, il est également membre du Conseil consultatif de Voluntary Solidarity Fund (VSF) España, une organisation caritative basée à Madrid.

Eftychia Fischer

Administratrice, membre non exécutif
Nationalités suisse et grecque

2016 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

2016 — 2022

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Eftychia Fischer

Eftychia Fischer a obtenu son Bachelor en physique à l’Imperial College, Université de Londres, en 1984, complété par un Advanced Management Program (AMP) à la Wharton Business School, Université de Pennsylvanie, en 2002. Elle est également détentrice du CFA de l’Institute of Chartered Financial Analysts et du Financial Risk Manager (FRM). Elle débute son parcours professionnel en 1985 à Londres auprès de la Société Générale en tant qu’Interest Rate Derivative Trading Junior. En 1986, elle passe une année chez UBS en Suisse en qualité de Business Development Analyst, puis rejoint J. P. Morgan & Co, où elle est Manager dans le département Asset Liability Manage- ment and Treasury de 1987 à 1992. En 1993, elle devient Fixed Income Trader au sein de la Banque nationale de Grèce, poste qu’elle quitte en 1994 pour rejoindre Lazard Frère & Cie en France en tant que Fixed Income Portfolio Manager. En 1996, elle intègre Julius Baer Group en Suisse, où elle exerce plusieurs fonctions dirigeantes jusqu’en 2004. Elle dirige ainsi successivement les départements d’Asset and Liability Management de 1996 à 2003, de Trading de 2003 à 2004 et de Fixed Income Proprietary Trading and Sales en 2004. Ensuite, elle rejoint EFG International, où elle assume la fonction de Global Head de l’unité Financial Market Services and Treasury durant trois ans et celle de Chief Risk Officer jusqu’en 2008. Elle fonde ensuite Larix Asset Management qu’elle dirige durant deux ans. En 2010, elle est nommée directrice générale du Treasury and Trading et responsable de la gestion institutionnelle auprès d’Union Bancaire Privée (UBP), fonction qu’elle assume jusqu’en 2015, avant d’intégrer le Conseil d’administration d’UBP. Depuis 2020, elle siège au Conseil d’administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV). À côté de ses engagements au sein des Conseils d’administration de la Vaudoise Assurances, d’UBP et de la BCV, Eftychia Fischer administre également la société Sherpa Asset Management.

Philippe Hebeisen

Administrateur, membre non exécutif
Nationalité suisse

2020 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

2020 — 2023

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Philippe Hebeisen

Philippe Hebeisen a étudié le droit à l’Université de Lausanne, où il a obtenu sa licence. En 1983, il occupe le poste de secrétaire de l’Office suisse d’expansion commerciale, à Zurich. En 1986, il rejoint la Genevoise Assurances où il exerce la fonction de secrétaire général, avant de se voir confier la responsabilité du département Clientèle privée, dès 1992, en qualité de membre du Comité de direction. En 1999, il reçoit la mission de créer le département Entreprises au sein du Groupe Vaudoise Assurances, avec rang de directeur, avant de reprendre la direction du département Marketing & Réseaux, dès 2004. Il est nommé directeur général et CEO en 2009 et exerce cette fonction jusqu’en 2020. Dans le cadre de ses fonctions, il a siégé dans les Conseils d’administration de plusieurs filiales détenues à 100 % par le Groupe Vaudoise Assurances. Parallèlement à cette activité, il a été membre du Comité directeur de l’ASA et administrateur de Mapfre Re, à Madrid, de 2009 à 2020 ainsi que d’Europ Assistance (Suisse) Holding SA, à Nyon, de 2010 à 2020. En outre, il a siégé au Conseil d’administration de Landolt & Cie SA à Lausanne de 2019 à 2020. Il est également membre du Comité d’economiesuisse depuis 2018. Par ailleurs, il préside le Conseil de fondation de l’Opéra de Lausanne depuis 2017.

Peter Kofmel

Administrateur, membre non exécutif
Nationalité suisse

1999 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

1999 — 2023

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Peter Kofmel

Peter Kofmel a obtenu sa licence en droit à l’Université de Berne en 1981 et est détenteur des brevets d’avocat et de notaire. Il débute en 1985 chez BDO Visura en tant que consultant d’entreprises, où il restera jusqu’en 2004, avant de poursuivre cette activité en tant qu’indépendant dès 2005. En parallèle, il siège au Parlement du canton de Soleure de 1985 à 1995, puis au Conseil national jusqu’en 2003. Outre ses mandats d’administrateur auprès du Groupe Vaudoise Assurances depuis 1999, il est président des Conseils de GVFI International SA, à Bâle, depuis 1998, et de GVFI Europe B. V., à Rotterdam, dès 2009, et de la coopérative ABZ, à Spiez, depuis 2010. Il est par ailleurs membre du Comité exécutif du Conseil de la fondation SWITCH à compter de 2002, président dès 2016, à Zurich, président du Conseil de Commercium Immobilien AG, à Baar, depuis 2020, vice-président du Conseil de la Fachhochschule Nordwestschweiz, depuis 2006 jusqu’à fin 2017, et président de l’Institut Suisse des Administrateurs et Dirigeants d’Entreprises (ISADE), à Berne, de 2007 à juin 2017.

Cédric Moret

Administrateur, membre non exécutif
Nationalité suisse

2020 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

2020 — 2023

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Cédric Moret

Cédric Moret a obtenu sa licence en sciences économiques à la Faculté des Hautes Études Commerciales (HEC) de l’Université de Lausanne en 1992, complété par un Master of Business Administration (MBA) de la Harvard Business School, Boston, USA, en 2001. Sa carrière débute en 1993 en tant que Brand Manager chez Procter & Gamble, où il accompagne le lancement de nombreux marchés en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique. En 2001, il intègre McKinsey & Company Suisse et conseille des équipes de cadres dirigeants sur la manière de découvrir de nouvelles sources de croissance, de réduire la complexité de l’organisation et d’améliorer les opérations. De 2006 à 2014, il exerce la fonction de directeur associé, membre du Comité exécutif, de McKinsey & Company Suisse. Depuis 2015, Cédric Moret est Group Chief Executive Officer d’ELCA Groupe SA. À côté de son engagement au sein du Conseil d’administration de la Vaudoise Assurances, Cédric Moret administre également Landolt & Cie SA et est membre du Comité exécutif de digitalswitzerland.

Jean-Philippe Rochat

Administrateur, membre non exécutif
Nationalité suisse

2009 — 2021

Mandat Vaudoise Assurances Holding SA

2009 — 2021

Mandats Mutuelle Vaudoise, Vaudoise Générale et Vaudoise Vie

Jean-Philippe Rochat

Jean-Philippe Rochat a suivi des études de droit à l’Université de Lausanne, où il a obtenu sa licence. Son parcours professionnel débute en 1981 chez Publicitas en tant que juriste. Trois ans plus tard, il quitte le leader publicitaire et intègre Fidinter à Lausanne en tant que réviseur assistant. De 1985 à 1987, il effectue son stage d’avocat à Genève, puis est engagé en tant qu’avocat auprès de l’Étude de Pfyffer, Argand, Troller & Associés, où il restera deux ans. Il rejoint ensuite l’Étude Carrard & Associés en 1989 en qualité d’associé (depuis 2015 Étude Kellerhals Carrard). Parallèlement à son mandat d’administrateur du Groupe Vaudoise Assurances, il est notamment membre du Conseil de la société La Foncière – Investissements Fonciers à Lausanne, du Casino de Montreux, de Vetropack Holding SA à Saint-Prex et de Hochdorf Holding AG à Hochdorf. Il est Consul honoraire de Finlande, à Lausanne.

Membres de la Direction
au 31 décembre 2020

1. Reto Kuhn

Directeur, CIO, responsable du département Asset Management

2. Grégoire Fracheboud

Directeur, responsable du département Vente et Marketing

3. Nathalie Follonier-Kehrli

Directrice, secrétaire générale, responsable Legal, Compliance et Communication institutionnelle

4. Christoph Borgmann

Directeur, CFO, responsable du département Finances

5. Karim Abdelatif

Directeur, responsable du département Ressources humaines

6. Christian Lagger

Directeur, responsable du département Assurances Patrimoine

7. Jean-Daniel Laffely

Directeur général, CEO

8. Jacques Marmier

Directeur, responsable du département Assurances de Personnes

9. Stanislas Bressange

Directeur, CTO, responsable du département Transformation digitale et Systèmes d’information dès le 18 janvier 2021

10. Frédéric Traimond

Directeur, CRO, responsable du département Actuariat et Réassurance

Biographies

Jean-Daniel Laffely

Nationalité suisse, directeur général, CEO

Jean-Daniel Laffely est licencié en sciences économiques à la Faculté des HEC de l’Université de Lausanne. Son parcours professionnel débute en 1989 à La Suisse Assurances où il exerce diverses fonctions avant d’être nommé en 2002 membre de la Direction et responsable, au sein du département Actuariat, de la division Bouclement/reporting et réassurance vie et non-vie. En 2006, il rejoint la Vaudoise où il est nommé Chief Risk Officer (CRO). Parallèlement à cette fonction, il devient responsable régional au Tessin en 2007. Le 1er octobre 2008, il reprend le département Réseaux de vente, puis prend, en juin 2009, la responsabilité du département Finances et Placements qui devient le secteur Finances en 2012. Cette même année, il est promu directeur général adjoint. À la suite d’une réorganisation interne, il devient responsable du département Finances & Projets stratégiques en décembre 2017. À l’issue des Assemblées générales de mai 2020, il prend la succession de Philippe Hebeisen en qualité de directeur général et CEO. Dans le cadre de ses fonctions, il siège également au Conseil d’administration d’une filiale détenue à 100 % par le Groupe Vaudoise Assurances (voir point 3.1). Parallèlement à cette activité, il est vice-président d’Europ Assistance (Suisse) Holding SA et administrateur de Mapfre Re (Madrid). Il est membre du Comité directeur de l’Association Suisse d’Assurances (ASA) depuis 2020.

Karim Abdelatif

Nationalités suisse et française, directeur, responsable du département Ressources humaines

Karim Abdelatif a suivi des études en sciences économiques et en sociologie complétées en 1992 par un Master en gestion des ressources humaines de l’Université de Paris 2. En 1993, il est engagé au sein d’une filiale du groupe Bouygues Construction comme responsable des relations écoles et universités avant de prendre une fonction de responsable ressources humaines. En 2000, il rejoint Losinger Construction comme directeur adjoint en charge du développement des Ressources humaines. En 2004, il est promu directeur RH et Communication et entre au Comité de direction. En 2009, il change de secteur d’activité en rejoignant, en tant que DRH, NovImmune, une société de biotechnologies genevoise. En avril 2013, il rejoint la Vaudoise Assurances en qualité de directeur adjoint en charge du département Ressources humaines. En mai 2014, il intègre le Comité de direction en qualité de directeur des Ressources humaines.

Christoph Borgmann

Nationalités suisse et allemande, directeur, CFO, responsable du département Finances

Christoph Borgmann a étudié les sciences économiques à l’Université de Fribourg-en- Brisgau, où il a obtenu son Master et son doctorat, complétés par une Executive Education à l’Université de Harvard. Après ses débuts en 2004 au sein de la société de conseil McKinsey & Company, il intègre Zurich Insurance Group à Zurich, où il assumera d’abord la fonction de Senior Strategist, puis de Group Operations Manager. En 2010, il devient Chief Financial Officer au sein de Zurich Gruppe Deutschland avant de retourner à Zurich Insurance Group en Suisse en 2013 pour y occuper successivement plusieurs fonctions au sein de la Zurich Suisse : il est d’abord Chief Operating Officer jusqu’en 2016, puis nommé Chief Operating & Technology Officer, fonction qu’il exerce jusqu’en juin 2019. Dans le cadre de ses différentes fonctions au sein de la Zurich Assurances entre 2010 et 2019, il siège dans les Conseils de plusieurs filiales du groupe. Il rejoint la Vaudoise Assurances en novembre 2019, intègre formellement le Comité de direction au 1er janvier 2020 et succède à Jean- Daniel Laffely en qualité de CFO à l’issue des Assemblées générales de mai 2020. Dans le cadre de ses fonctions, il siège aux Conseils d’administration de plusieurs filiales détenues à 100 % par le Groupe Vaudoise Assurances (voir point 3.1). Il est membre du Comité des finances et de régulation de l’ASA depuis 2020.

Stanislas Bressange

Nationalité française, directeur, CTO, responsable du département Transformation digitale et Systèmes d’information dès le 18 janvier 2021

Stanislas Bressange est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’École internationale des sciences du traitement de l’information (EISTI) de Paris. Sa carrière débute en 1992 au sein du Groupe Spie Batignolles, où il exerce la fonction de directeur de projet en France et aux États-Unis, avant d’intégrer le groupe Henkel en 1996 en tant que directeur de la Maîtrise d’Ouvrage pour les activités commerciale, marketing et logistique. En 2000, il en devient directeur des Systèmes d’information pour la France, le Moyen-Orient et l’Afrique. En 2004, il rejoint le groupe Business Objects comme directeur des Systèmes d’information pour l’Europe et l’Asie et prend également en charge les activités de fusions/acquisitions. Il intègre le monde de l’assurance en 2009 à Paris en tant que directeur de l’Organisation, de la Stratégie des Systèmes d’information et du Plan de transformation de La Mutuelle Générale. Il est nommé directeur des opérations en 2011, puis directeur général de 2013 à 2017. De 2018 à 2020, il est Senior Advisor au sein des cabinets de conseil franco-suisse Acadys et français Topics. Nommé par le Conseil d’administration de la Vaudoise Assurances en décembre 2020, Stanislas Bressange intègre le Comité de direction dès le 18 janvier 2021 en qualité de Chief Transformation Officer (CTO) et dirige le département Transformation digitale et Systèmes d’information.

Nathalie Follonier-Kehrli

Nationalité suisse, directrice, secrétaire générale, responsable Legal, Compliance et Communication institutionnelle

Nathalie Follonier-Kehrli est licenciée en droit et titulaire du brevet d’avocat. Après une première expérience professionnelle au sein du service juridique de l’Office fédéral de la Formation Professionnelle et de la Technologie (OFFT) de 2002 à 2003, elle rejoint la Vaudoise en qualité de spécialiste au service des sinistres complexes du Siège dans les branches RC/Choses Entreprises en 2003. En 2007, elle est nommée secrétaire générale et responsable de la Communication institutionnelle. Elle complète sa formation par l’obtention en 2008 du Brevet fédéral en relations publiques. En 2017, elle est nommée directrice. Elle est par ailleurs membre du Conseil de fondation de l’Ombudsman de l’assurance privée et de la Suva depuis 2020.

Grégoire Fracheboud

Nationalité suisse, directeur, responsable du département Vente et Marketing

Grégoire Fracheboud est au bénéfice de brevets fédéraux en relations publiques et en management des ventes. Il intègre le secteur des assurances en 2006 en prenant la direction du département Marketing pour la Suisse romande et le Tessin auprès de la Bâloise Assurances, avant de devenir conseiller puis chef de vente en 2009. Il est ensuite nommé agent général chez Axa Winterthur en 2010. Il complète sa formation par un programme Leadership et Innovation de l’IMD en 2016. Il rejoint la Vaudoise en 2018 en tant que directeur du département Vente et Marketing. Depuis 2018, il est membre du Comité de Politique de formation et de l’emploi de l’ASA.

Reto Kuhn

Nationalité suisse, directeur, CIO, responsable du département Asset Management

Reto Kuhn dispose d’une licence en sciences économiques de l’Université de Zurich. Après avoir intégré le monde professionnel par l’Asset Management auprès d’Helvetia Assurances, il prend la direction, entre 1995 et 2001, de la caisse de pensions des pilotes Swissair. Par la suite, il cofonde PFS Pension Services SA, qu’il dirige jusqu’en 2007 en tant que CEO. Puis, il devient responsable des investissements alternatifs auprès de SAM Sustainable Asset Management SA. Reto Kuhn est Chief Investment Officer (CIO) de la Vaudoise Assurances depuis janvier 2010 et responsable du département Asset Management depuis 2015. Dans le cadre de ses fonctions, il siège aux Conseils d’administration de plusieurs filiales détenues à 100 % par le Groupe Vaudoise Assurances (voir point 3.1). Depuis 2018, il est membre du Conseil d’administration de Credit Exchange SA, à Zurich. Il est également membre des Comités de placement de la caisse de pensions des CFF depuis 2014 et de Firmenich SA depuis 2018. Il est président de la Commission de placement de l’ASA depuis 2019.

Christian Lagger

Nationalité suisse, directeur, responsable du département Assurances Patrimoine

Christian Lagger est titulaire d’un diplôme fédéral en assurances. Après un apprentissage à la Neuchâteloise dans les assurances de transport, il rejoint la Bâloise Assurances en 1981. Il occupera différentes fonctions dans les agences de Winterthour, Zurich et Lucerne puis à l’agence de Morges fin 1984. En 1986, il rejoint La Suisse Assurances en qualité de spécialiste sinistres Choses. En 1991, en plus de sa fonction de responsable des sinistres Choses, il devient responsable du service Administration sinistres. En 1998, il devient responsable adjoint de la division Production et souscription. En 2000, il est nommé responsable du département Assurances Patrimoine et membre du Comité de direction. En 2005, il rejoint la Vaudoise et prend la responsabilité de la division Courtage en 2007. Il accède au poste de responsable du département Assurances Patrimoine en qualité de directeur à compter du 1er janvier 2012. Dans le cadre de ses fonctions, il siège également au Conseil d’administration d’une filiale détenue à 100 % par le Groupe Vaudoise Assurances (voir point 3.1). Depuis 2018, il est membre du Conseil d’administration d’Orion, Assurance de Protection Juridique SA, à Bâle. Il est en outre membre du Comité non-vie de l’ASA depuis 2015.

Jacques Marmier

Nationalité suisse, directeur, responsable du département Assurances de Personnes

Jacques Marmier commence sa carrière auprès de la compagnie lausannoise La Suisse Assurances. D’apprenti, il passe gestionnaire avant d’être promu responsable de la gestion des contrats vie individuelle. Cette nomination intervient en 1987, peu après l’obtention de son diplôme fédéral d’assurances. En 1996, il entre à la Vaudoise et prend la tête du service de Gestion des contrats vie individuelle. Deux ans plus tard, en 1998, il est promu chef de la division Vie individuelle pour reprendre, en 2007, la gestion de la filiale Valorlife. Depuis le 1er janvier 2012, il est responsable du département Assurances de Personnes en qualité de directeur. Dans le cadre de ses fonctions, il siège également au Conseil d’administration d’une filiale détenue à 100 % par le Groupe Vaudoise Assurances (voir point 3.1). Il est membre du Comité vie et de la Commission en charge des questions de fiscalité en assurance vie de l’ASA.

Frédéric Traimond

Nationalités suisse et française, directeur, CRO, responsable du département Actuariat et Réassurance

Frédéric Traimond est diplômé de l’Institut des Sciences Financières et d’Assurance de Lyon et actuaire ASA. Sa carrière débute en 1992 auprès du Groupe AXA où il assumera les fonctions de responsable des assurances nonvie d’AXA Suisse, puis de Chief Risk Officer pour AXA Winterthur jusqu’en 2007. Il rejoint ensuite le réassureur Flagstone Re Group en tant que Group Chief Operating Officer (COO), avant de devenir directeur général de Flagstone Re Suisse jusqu’en 2013. En 2014, il intègre la division Actuariat non-vie de l’auditeur PricewaterhouseCoopers France en qualité d’associé, puis, en 2015, prend la tête du service Consulting en actuariat, division Europe du sud-ouest, de la société internationale de courtage Willis Towers Watson. Depuis 2018, il est responsable du département Actuariat et Réassurance du Groupe Vaudoise Assurances et a été nommé directeur au 1er janvier 2019. Dans le cadre de ses fonctions, il est également président des Conseils d’administration de plusieurs filiales détenues à 100 % par le Groupe Vaudoise Assurances (voir point 3.1) depuis 2019.